Lorsque ton corps te dit « Stop » !

Il y a presque 6 ans, la journée début normalement.
Il est 7 heures, le réveil sonne; départ pour l’Arche de la Défense, demain c’est notre salon bi-annuel et il est temps de tout mettre en place ! J’ai tellement hâte d’être à demain, de voir les exposants satisfaits et les visiteurs circuler dans les allées du salon !

Aujourd’hui va être une longue journée, mais quelle satisfaction d’être à l’aube d’un événement !

Cette fois-ci, la journée ne va pas tout à fait se dérouler comme prévu !

Je suis sur place, et je m’active avec mon équipe. On met en place, c’est intense mais ça avance bien. Au cours de la journée plusieurs de mes collègues me demandent si je vais bien car mon œil est rouge ; je mets cela sur le compte de la fatigue, de la poussière; je ne ressens pas la douleur tellement je suis sous l’adrénaline de la journée.

Il est temps de rentrée chez moi, alors je reprends le Tram et à ce moment, il se passe quelque chose d’étrange ; la lumière devient de plus en plus difficile à supporter, je ne comprends pas vraiment pourquoi mais cela s’intensifie de minute en minute.
25 minutes de Tram qui se transforment peu à peu en calvaire ; le retour à la maison se fait dans une douleur de plus en plus dense. Le repas du soir en famille dans le noir.

Encore à ce moment convaincu que demain tout irait mieux ; j’avais un salon à assurer !
Je me voile la face.
Les minutes passent, et je dois me rendre à l’évidence ! Direction les urgences !
Mon mari ne peut pas m’accompagner car notre fils de 6 mois dort paisiblement.

Arrivée aux Urgences, de longues heures passent, jusqu’à ce que je m’évanouisse de douleur, ce qui a permis ma prise en charge.
Il n’y a pas d’ophtalmo de garde, alors on me donne une pommade et me dit de patienter au lendemain.

Le lendemain matin, la douleur et intense l’anesthésie n’agit plus ; j’ai un cache sur l’œil, je me rends à l’évidence que je ne vais pas pouvoir me rendre à mon salon, et que je dois retourner à hôpital. Cette fois-ci, je me dirige vers un hôpital spécialisé !

Arrivée là-bas à 8h, j’y resterai pendant plusieurs semaines…

Tout s’accélère ; Une batterie de tests me renvoie à un contrat atroce… Je ne vois plus d’un œil !

Mon monde s’écroule en une fraction de seconde. Ce qui m’importe à ce moment-là, n’est plus mon salon qui a lieu en ce moment, mais mon fils ; vais-je pouvoir le voir grandir correctement ?

Cette épreuve a changé ma façon de voir la vie.

Il m’a fallu passé par cette étape pour ouvrir les yeux sur l’essentiel.
Cela n’a pas été simple de remettre en cause tout un mode de fonctionnement ; cela m’a même pris des années, presque 5 ans, mais c’était inévitable pour continuer à être !

J’ai été accompagnée et soutenu par une famille aimante, une super équipe médicale, un hypnothérapeute de choc, des amis bienveillants et des collègues présents.

Je me souviens encore, de cette période d’hospitalisation où le parking se transformait régulièrement en lieu festif pour me divertir. Des biberons donnés dans la voiture tous les soirs, des câlins volés avant que les enfants partent à l’école, des échanges avec ses militaires meurtries physiquement et psychologiquement qui passeront des mois ici. Et moi, presque à me demander pourquoi je suis là. Pas un médecin capable de me dire si je vais retrouver la vue, et comment cela va évoluer, ni combien cela va durer !

Je suis en pause, en attente…
J’ai appris, le sens des priorités ici, j’ai appris à écouter mon corps, j’ai compris que je ne pouvais plus continuer comme cela, mais je ne savais pas encore comment faire.
J’ai découvert aussi des forces insoupçonnées ; mon mental, ma résistance, mon envie de me battre coute que coute pour le bien-être de ma famille.

Mon corps m’a mis sur pause pour la première fois de ma vie à 27 ans, et ne n’avais pas d’autre choix que de l’écouter !

Alors j’ai appris peu à peu à modifier mes croyances, à passer au-delà de mes freins, à ouvrir mon champ des possibles et voir différemment, à lâcher prise, à vivre associé à mes émotions, à m’écouter profondément, tout en gérant ma douleur…

Cela m’a pris plusieurs années, riches en remise en question, avec des périodes de rappel à l’ordre par mon œil notamment. J’ai été aidé, accompagné ; et c’est loin d’être fini, car c’est le chemin d’une vie !

Aujourd’hui, lors de mes accompagnements, j’utilise tout ce que j’ai appris, expérimenté, vu, pour les mettre à votre profit avec la même détermination que si c’était pour moi ou pour l’un de mes proches.

Ma vocation est de redonner espoir, d’améliorer votre quotidien, de voir un sourire, d’entendre un rire, de voir des enfants grandir plus sereinement, des adultes revivre, des couples s’unir de nouveau…

Ce n’est pas d’un job dont je vous parle ; c’est une vocation ;
Une partie de moi que je souhaite partager avec vous…enfin si vous le désirez !

Sandra Roman, HypnoCoach à Clamart

#famille#créativité #jardinage #graffiti #écriture #bienEtre #sport #challenge #communication

Chaque journée est l’opportunité de créer un demain différent…

One Reply to “Lorsque ton corps te dit « Stop » !”

Commentaires fermés